Les Frères
Ripoulain

UP . 15.09.2022

Critical
texts

Texte critique

Les Frères Ripoulain

in Lettre de recommandation pour le Prix Découverte des Amis du Palais de Tokyo, septembre 2014
Alain Bieber, septembre 2014
Les utopies sont l’opium du peuple, il s’agit d’insuffler le changement à petite échelle et de favoriser l’action concrète. « Les œuvres d’art se détachent du monde empirique et en engendrent un autre possédant son essence propre, opposé au premier comme s’il était également une réalité » dit Adorno. David Renault et Mathieu Tremblin, un duo d’artistes français aussi connu sous le nom « Les Frères Ripoulain » appellent leurs œuvres de manière pertinente des « propositions ». …
Texte critique

Les Frères Ripoulain

in catalogue 56e Salon de Montrouge (collectif), Particules, Paris, 2011
Christophe Domino, mai 2011
C’est une fratrie élargie qui se présente sous ce nom déjà entendu. Ils sont deux, David Renault et Mathieu Tremblin, à repasser une couche sur la marque déposée et toujours active du fabricant de peinture plus que centenaire, une réappropriation déjà opérée par le collectif des années 1980, les Frères Ripoulin, un hommage. Avec une lettre de plus et une rue qui s’est ensauvagée depuis, qui a produit les « quartiers » et vu fleurir le graffiti, ces Ripoulain-là ont associé …
Texte critique

Mathieu Tremblin pour les Frères Ripoulain

in « Faire dialoguer le lieu et la formule », Alice Delarue, Faire couple. Liaisons inconscientes, 45e journées l'École de la Cause Freudienne, www.fairecouple.fr, 11 octobre 2015
Alice Delarue, septembre 2015
Alice Delarue : Comment vous êtes-vous rencontrés ? Et comment s’est fait votre choix de travailler en duo ? Mathieu Tremblin du duo Les Frères Ripoulain1  : Nous nous sommes rencontrés en 1998 à l’université Rennes 2, nous étions tous deux en première année d’arts plastiques. Je venais du Mans pour étudier, et David, qui était rennais d’origine et connaissait très bien la ville, jouait le rôle du stalker. Il faisait visiter à une partie de notre promotion les délaissés …