Eva
Taulois

Minuit Spécial, 2021

Centre d’art contemporain Chapelle Saint-Jacques, Saint Gaudens
Dans le cadre du Printemps de septembre, Sur les cendres de l’hacienda
Photos : F. Deladerrière
Photo : Damien ASPE
Photos : F. Deladerrière

Télécharger la feuille de salle de l’exposition minuit-special_evataulois.pdf

Avant minuit

La préhension, à l’extrémité des doigts, exerce une contre-pression. Couper, mesurer, scier, tailler, coudre, les gestes s’enchaînent. Le décor se met en place tel un calcul mathématique au vocabulaire aléatoire. Les outils de précision, les ciseaux, la machine à coudre, la règle, le critérium contribuent à l’élaboration du projet. Effacer les plis, découper, tracer puis, sous l’aiguille, les doigts agiles peaufinent. Avec force, les mains, les bras entraînent les 45 mètres de toile, sur l’immense et basse estrade… La toile souple s’éparpille sur le sol de planches : peau contre peau.
Bois, coton, matière vinylique, en constructions précises, s’étirent, invitent corps et regards à une mobilité que distillent ces temps de fabrication.
Le langage aléatoire des objets scéniques s’écrit en partition :
ABCDEFGHIJKLMN
A — Rouge
B — Marron
C — Bleu roi
D — Vert forêt
E — Orange
F — Jaune
G — Argent
H — Bleu
I — Parme
J — Vert
K — Gris
L — Écru
M — Turquoise
N — Rose
Rouge, Marron, Bleu roi, Vert forêt, Orange, Jaune, Argent, Bleu, Parme, Vert, Gris, Écru, Turquoise, Rose.

« Il est intéressant de remarquer que dans un dictionnaire, les illustrations sont arbitraires et illogiques. Mais personne ne se plaint de cette absence de logique. On trouvera ainsi l’image d’une célébrité à côté de celle d’un canard, parce que les deux commencent par la lettre C. J’imagine que c’est un éditeur qui fait ces choix, qui sont sans rapport avec un quelconque sens visuel. Ce qui compte c’est l’alphabet, aller de A à Z, selon un ordre qui est tout aussi arbitraire. Les dictionnaires sont pris très au sérieux. J’imagine que les gens ne voient pas cet arbitraire comme une forme d’anarchie, pourtant c’est le cas ». Robert Breer A à Z, Robert Breer, 2006.
Comme les mots du dictionnaire, les couleurs, les volumes sur la scène s’animent en une organisation singulière à la vie autonome qui s’affranchit des conventions narratives. Eva Taulois se donne toute latitude à l’expression d’une joie, à l’invention, au jeu.

Après minuit

Mouvement de bascule, Eva Taulois propose un espace avec cette volonté qu’interagissent sensibilité et rigueur. À cet endroit, s’initie une polysémie des formes et des langages. Changer de peau, faire peau neuve, bien dans sa peau.
Entre vacillement et structure, la logique aléatoire nous fait observer une mue du travail de volume vers la peinture, il y a une oscillation simple entre formes et espaces, au-delà de l’image, l’ œuvre écrit un temps pictural. Elle pose les signes d’une organisation dont chaque élément, socle, fragments colorés interrogent la transformation douce. Les gestes choisis à l’élaboration de solutions spatiales offrent une réflexion sur des souples- ses et des décisions, celles de ne pas inventer mais de révéler la mutation naturelle. Le jeu quasi-organique des formes colorées telles des apparitions de peaux étincelantes, puis chancelantes nous rappellent qu’après minuit, après ce quotidien de l’harmonie et du chaos… Qu’après l’évènement, il nous faut être attentif.ves au passage d’un état à un autre. Couleurs et formes en subtile narration se pensent au plus près de la peau… L’enveloppe qui nous constitue.
Après minuit que serons-nous ?

Performance Jour & Nuit, 2022

En collaboration avec Pierre Lucas

Vidéo de la performance