Eva
Taulois

MÀJ . 01.07.2022

Ni dans les rouges-gorges ni dans les bisons, 2019

Centre d'art contemporain Chanot, Clamart

Au commencement des propositions d’Eva Taulois se trouvent des textures, des couleurs, ainsi qu’une atmosphère générale. Pour l’exposition personnelle qu’elle imagine au Centre d’art contemporain Chanot, à l’orée de l’automne, Eva Taulois prolonge la sensation de l’été en déployant son geste pictural sur des parasols qu’elle augmente de pièces sonores, actions, photographies et sculptures.

Les différentes formes d’écriture poétique nourrissent la démarche et l’imagination d’Eva Taulois. Les titres qu’elle choisit pour leur puissance évocatrice, participent de la fiction qu’établi l’artiste dans ses expositions. « Ni dans les rouges-gorges ni dans les bisons », ce fragment sibyllin qu’elle emprunte à Toni Morrison met en contact deux espèces animales que l’on n’imagine pas se rencontrer, mais d’emblée suggère des directions que parcourt l’oeuvre d’Eva Taulois. La musicalité de la phrase évoque les rebonds que l’artiste injecte dans les dialogues entre les oeuvres. Le soyeux des plumes de l’oiseau, le ouaté des poils du bovidé rappellent avec quelle précision l’artiste choisi ses matériaux et textures : plâtre, étoffe strassée, lycra, résine, velours … L’agilité aérienne comme l’emprise à la terre de ces animaux font écho aux lois de l’apesanteur qui régissent les oeuvres de l’artiste.

Ouvrant une nouvelle étape dans son processus de travail, Eva Taulois orchestre un vaste projet et invite plusieurs personnes à s’associer à elle. L’accessoiriste Maïna Loaec, le musicien Pierre Lucas, la photographe Margot Montigny, la maquilleuse Bénédicte Trouvé, ainsi que son assistante Sarah Le Treut ont pris part à l’apparition de l’exposition au cours d’une résidence durant l’été au centre d’art. Reflet de ces temps d’expérimentations « Ni dans les rouges gorges ni dans les bisons » fait se rencontrer les médiums pour créer une totalité.

Imaginons ce moment d’exploration préalable à l’exposition : l’artiste met en scène ses oeuvres qui s’animent selon des scénarios. Les objets se déplacent avec agilité, s’observent et dialoguent jusqu’à prendre forme humaine : les bancs ont des yeux, des sculptures sont des visages et les parasols dansent, se déploient ou se replient. Au coeur de cette écriture chorégraphique, la présence humaine est évanescente, elle porte les sculptures en mouvement et devient le support de la touche picturale qui s’étend sur la peau. Créant une tension entre l’oeuvre et son lieu, nous basculons ici dans « l’art de l’espace et du mouvement », c’est ainsi qu’Oskar Schlemmer qualifiait ses pièces théâtrales et chorégraphiques. Les photographies prises par Margot Montigny mettent en abyme le décor que nous parcourons et révèlent différents temps suspendus vécus par les sculptures. Les bandes sonores composées par Pierre Lucas, issues d’une matière capturée durant la résidence, irriguent des stations d’écoute.

La couleur est au coeur de la pratique d’Eva Taulois, les vives tonalités des parasols en sont les témoins. Avec la maquilleuse Bénédicte Trouvé elles se sont attachées à maquiller une peau comme on dépose un pigment sur la toile. Sur la surface du bras les aplats colorés s’effleurent et se superposent, tels les effets que l’artiste réalise sur une tête en céramique. Effaçant les frontières entre peinture et maquillage, ces traitements chromatiques apparaissent également sur les jupes des parasols et plongent le spectateur dans un horizon éclatant. Signe du soin qu’Eva Taulois porte au visiteur, l’exposition est aussi un ensemble à habiter. Les sculptures de plâtre évoquent la douceur de situations quotidiennes : s’assoir sur un banc, se lover dans les coussins, profiter de l’ombre d’un parasol. « Ni dans les rouges-gorges ni dans les bisons » est une exposition aux multiples récits, un livre ouvert, une scène expérimentale sur laquelle les objets prennent vie et le décor de nouvelles représentations possibles.


Madeleine Mathé


BANDE SONORE / NI DANS LES ROUGES-GORGES NI DANS LES BISONS, 2019

Collaboration avec Pierre Lucas, 37min48s en boucle


SERIE DE PHOTOGRAPHIES / NI DANS LES ROUGES-GORGES NI DANS LES BISONS, 2019

Une proposition d’Eva Taulois, réalisée durant la résidence au centre d’art Chanot, photographié par Margot Montigny

/
/

Photos : Margot Montigny


Eva Taulois invite Dominique Gilliot à mettre en musique l’exposition.
Avec la participation de Pierre Lucas et Sarah Le Treut

Photos : Margot Montigny

Ce projet a bénéficié d’une aide à la création de la Drac Pays de La Loire et une aide à la résidence DRAC Ile-de-France.

© Adagp, Paris