Eva
Taulois

MÀJ . 01.07.2022

Alphabetical

Résidence à Lindre-basse, CAC, La Synagogue de Delma
Vue de l’exposition « Complément d’objets », Espace d’Art Contemporain Camille Lambert, Juvisy-sur-Orge, 2014.Photo : Laurent Ardhuin.

Les supporteurs, 2014
Tissu coton, semoule, bois, peinture acrylique, dimensions variables
Vue d’atelier, Lindre Basse, Résidence CAC La Synagogue de Delme
Le juste équilibre, 2014
Bois, peinture acrylique, caoutchouc, 110 x 40 cm
Vue de l’exposition « La forêt usagère », Galerie Doyang Lee, Paris.
Photo : Aurélien Mole
Les sangles bleus, 2014
Bois, peinture acrylique blanche, sangles, 142 x 36 x 18 cm
Vue de l’exposition « Complément d’objets », Espace d’Art Contemporain Camille Lambert, Juvisy-sur-Orge, 2014
Photo : Laurent Ardhuin
Le poids de la pierre, 2014
Bois, toile de tissu, granite, 60 x 65 x 50 cm
Vue d’atelier, Lindre Basse, Résidence CAC La Synagogue de Delme

Duel au soleil, 2014,
Bois divers, peinture acrylique, 150 x 18 x 18 cm.
Vue d’atelier, Lindre Basse, Résidence CAC La Synagogue de Delme.

Une certaine stabilité, 2014,
Acier galvanisé, tissu coton, semoule, 150 x 65 x 65 cm.
Vue d’atelier, Lindre Basse, Résidence CAC La Synagogue de Delme.

Le mikado, 2014
Bois, tissus, 148 x 20 x 20 cm
Vue de l’exposition « La forêt usagère », Galerie Doyang Lee, Paris.
Collection Fonds Départemental d’Art Contemporain d’Ille-et-Vilaine.
Photo : Aurélien Mole.
Le noeud vert, 2014
Bois, tissu coton, dimensions variables
Vue de l’exposition « Complément d’objets », Espace d’Art Contemporain
Camille Lambert, Juvisy-sur-Orge, 2014
Photo : Laurent Ardhuin

Tout en puisant dans un vocabulaire formel minimal, sériel, issu de l’abstraction géométrique, le travail d’Eva Taulois s’inscrit dans un réseau plus large de références qui mêle tout aussi bien l’architecture, les vêtements traditionnels bretons, l’art du patchwork, le design industriel…

Ainsi, dans le cadre d’une résidence à Pont-Aven en 2010, Eva Taulois réactive un savoir-faire lié au repassage et à l’amidonnage de coiffes bretonnes et le transpose dans des formes sculptées, thermoformées ou modelées selon les gestes centenaires des repasseuses. En remettant en circulation une technique éprouvée par le temps, mais au bord de l’oubli, l’artiste s’inscrit subrepticement dans une longue chaîne de répétition des gestes du travail, et réconcilie l’art, l’artisanat et l’industrie.

Une de ses oeuvres les plus récentes (Trust Fabrics, 2013) consiste en de somptueux patchworks de tissus monochromes cousus les uns aux autres, dont les motifs sont directement inspirés du wax africain. Si elle copie ces motifs, c’est parce qu’ils s’inscrivent là encore dans une histoire de transmissions et d’appropriations techniques et culturelles. En effet le wax vendu en Afrique est produit par la Hollande, qui a ramené de ses conquêtes coloniales en Indonésie cet art de la teinture. Eva Taulois complexifie un peu plus ces déplacements en utilisant la technique artisanale du patchwork, au détriment de la production industrielle dont ces tissus font aujourd’hui l’objet en Afrique et en Hollande.

Il est encore question de re-production et d’écart dans l’oeuvre Erreur maximale tolérée (2011), série d’outils de mesure appliqués à l’industrie, dont l’apparence rigide est perturbée par l’introduction d’infimes variations. Dans le travail d’Eva Taulois, on retrouve cette tension entre d’une part la règle établie, la norme appliquée à des objets, des gestes et des corps, et d’autre part la possibilité de s’en affranchir.

C’est un des enjeux qui préside à la recherche qu’elle développe à Lindre-Basse, en se penchant sur l’usage des tuteurs, utilisés en arboriculture. Elle en étudie les applications, les formes et les matières, qui obéissent à une science savamment orchestrée : liens, grilles, béquilles, tendent à faire de la nature un outil de production rentable, parfaitement planifié. Mais le tuteur dresse tout autant qu’il accompagne les jeunes pousses, et s’adapte à leur croissance.

De là, Eva Taulois déploie ses sculptures comme autant de corps à corps de formes molles ou rigides, organiques ou métalliques, hiératiques ou serpentines, protégées ou enfermées… Si elles renvoient à cette logique de contrôle du vivant, elles y échappent par leur équilibre précaire et leur instabilité fondamentale. Le potentiel de chute devient alors le vecteur d’une émancipation possible. Mais in fine, dans le jeu des contraintes, l’artiste se demande quelles forces invisibles font tenir et grandir ces choses ensemble.

Marie Cozette, 2014


Haute fidélité

Le Juste Équilibre - Print, 2015
Sérigraphie 5 couleurs sur papier Rivoli 300 gr
50 x 70 cm
20 exemplaires + 5 EA
Le Mikado - Print, 2015
Sérigraphie 5 couleurs sur papier Rivoli 300 gr
50 x 70 cm
20 exemplaires + 5 EA
Les Supporteurs - Print, 2015
Sérigraphie 5 couleurs sur papier Rivoli 300 gr
70 x 50 cm
20 exemplaires + 5 EA

Haute Fidélité, Éditions Anaick Moriceau. Avec le soutient de la Synagogue de Delme et de la DRAC BretagneCollection Artothèque du Musée des Beaux-Arts de Brest.

Haute Fidélité, fait suite à un projet que j’ai mené au printemps 2014 durant ma résidence à Lindre Basse - CAC la Synagogue de Delme. Les quatre sérigraphies sont issues de photograhies d’oeuvres produites à cette occasion.J’y ai réalisé un ensemble de sculptures qui se base sur l’observation du tuteurage des arbres et vegetaux et les rapprochements qui peuvent être établis dans le champs de la sculptures. Je considère ces sculptures comme “faisant images” avec un fort impacte visuel. Les sérigraphies sont composées d’aplats de couleurs et d’une légère trame pour la représentation du bois accentuant le rapport volume/aplat

© Adagp, Paris