Œuvres dans
l’espace public

Jean-Benoît
Lallemant

Séance publique

Commande publique, 2016

Premier constat.
Du domaine privé au domaine de la finance la confiance dans les services en ligne est très forte.
Second constat.
La genèse du web fut portée par la vision idyllique d’une agora sans contrainte physique, aujourd’hui reléguée au rang d’utopie. Malgré le contrôle qui s’exerce sur ce réseau mondial, il demeure néanmoins un facilitateur de l’expression et des échanges au développement toujours croissant. Alors que la puissance de calcul, les algorithmes et la mise en réseau ont fait subir à de nombreux secteurs d’activités de profondes mutations, d’autres émergent et se déploient de manière tentaculaire. Le domaine du politique, en reste face à ces bouleversements, ne semble pas enclin à associer dans son fonctionnement ce nouveau monde. N’intégrant pas ces transformations, les structures organisationnelles classiques se révèlent vieillissantes et tendent à l’obsolescence.

Face à ces constats, Séance publique propose une mise à jour de l’action politique. Séance publique souhaite utiliser ce crédit que l’on donne aux réseaux et ses techniques (cryptographie, dématérialisation, organisation) pour le mettre au service du pouvoir législatif. Séance publique est une architecture dématérialisée pour un parlement dont l’objectif est de produire une institution législative pour une démocratie directe. Le traditionnel hémicycle prend la forme optimale d’une demi-sphère sur laquelle chaque citoyen peut être représenté, faire valoir directement son opinion et voter les lois.
Sur cette simulation sont représenté 10000 individualités.

Source de l’image sur l’Index des œuvres : http://www2.assemblee-nationale.fr/instances/liste/groupes_politiques/effectif