Julie
C. Fortier

MÀJ . 11.09.2020

The ember eyes

Les yeux de braise, 2019
Installation olfactive, 1 parfum, texte lettres adhésives en vinyle
Vues de Les yeux de braise lors de l’exposition Wildscreens, galerie Luis Adelantado, 2019

Cette installation diffuse dans l’espace une odeur de braise chaude et de sous-bois. Le spectateur traverse l’espace pour aller lire le texte sur le mur du fond faisant une première expérience de l’odeur. Après avoir lu le texte son expérience se transforme, le récit lu se superpose aux premières impressions olfactives.

« Nous avions un terrain au bord d’un lac où nous allions camper l’été. C’était le dernier au bout d’un chemin de terre cahoteux. Au fond de la baie, après le marécage, trônait une montagne dont la falaise nue regardait le lac. Lorsque la nuit tombait, nous faisions un grand feu. Les coyotes hurlaient. Cela me semblait irréel et son ombre la rendait encore plus inquiétante. Je guettais la falaise, redoutant de voir s’allumer ses yeux de braise. Je ne me souviens plus qui m’a raconté cette histoire, mon père sans doute. Récemment, j’ai appris que le nom anglais de cette baie signifie « pierre précieuse rouge foncé ». Fait-il référence à cette histoire des yeux de braise ? A l’automne, quand nous grimpions la montagne, j’espérais apercevoir les coyotes. Depuis, j’ai essayé d’y retourner deux fois, mais n’ai jamais réussi à retrouver le sentier. Il est balisé et pourtant je m’égare. »