Julie
C. Fortier

MÀJ . 11.09.2020

Ascencion 2016 - 2017

Ascension, 2016-17
Installation olfactive, 150 000 touches à parfum, 4 parfums, 1200 x 600 cm
remerciements Louise Déry, Pierre-Olivier David et Fabien Vallos
commissaire Anne Dary
Crédit photo : DR

Vues de Ascension lors de l’exposition C’était un rêve qui n’était pas un rêve, Musée des Beaux Arts de Rennes, du
30 septembre 2017 au 4 février 2018

Cette installation propose un paysage olfactif à arpenter avec son nez pour découvrir successivement quatre odeurs.
La première évoque un ciel noir de menaces avec des notes de fumée, de cuir, de plastique et de goudron.
La seconde souffle un vent gris chargé de pluie, de smog, de poussière.
La troisième, plus fraîche, rappelle un matin rose, la verdure humide et la terre.
La dernière, suggère une brume blanche, opaque et immobile.

Ascension, 2017
édition, 4 parfums dans 4 flacons soufflés bouche 60 ml, alcohol dénat, aqua, parfum.
Inflammable, Ne pas avaler. Ne pas porter sur la peau.
Présenté dans une boite en carton sérigraphiée 25 x 25 x 5 cm, 4 papiers à parfum impression numérique, 23 x 23 cm.
7 exemplaires + 1 E.A.
Typographie © Jocelyn Cottencin
Crédit photo : DR


Ascension, 2016,
_installation olfactive, 4 parfums diffusés dans l’espace Facing the Sky, _système de diffusion parfum Sigmacom
Nuit Blanche de Toronto, 1er octobre 2016
_Commissaire Louise Déry
Remerciements : José Martin, Fabien Vallos et Olivier Pierre David
_Photos : City of Toronto

Cette installation propose un paysage olfactif à traverser. Durand leur ascenscion à travers le tunel de béton dont les arcadres sont illuminées, le visiteur découvre successivement quatre odeurs. La première sombre et dense avec des notes de fumés, de cuir, de plastique et de goudron, la seconde évoque le smog, la poussière, la troisième plus fraîche rappelle la rosée du matin, la verdure et la terre et la dernière une brume matinale au bord de l’eau. En passant au travers de ce tunel parfumé, le visiteur transportera avec lui certaines de ces molécules comme un messager d’un art public évanescent.