Pascal
Rivet

Fourgon Brink's, 2004

Réplique éch.1 d’un fourgon blindé Mercedez-Benz 308 D,
voliges de sapin et bois divers peints, 480 x 220 x 200 cm.

La ballade du fourgon Oscarine Bosquet

«a gest + a host : a ghost»
Marcel Duchamp

Egarée dans un champs fossé ou parking
l’apparition blindée d’un fourgon à l’échelle 1:
1 de son modèle véhicule un jeu
d’identifications multiples
je serai convoyeuse
ou braqueuse je
tu il nous
on dirait que
le braquage serait un duo
la rencontre d’un convoyeur et d’une braqueuse
leur entente improbable sur un air de poursuite
cuivres et cordes haletantes
dans le rétroviseur les lumières clignotantes rouges
des voitures à nos trousses sur la piste du manège
où se poursuivent les véhicules de bois
en roues libres tournent immobiles.

La rutilance quadrichromique du fourgon trace
en creux le circuit de l’argent d’un coffre
dans l’autre roule selon le trajet prévu
des uns aux mêmes passe
liquide
où disparaît le peu
sonore et trébuchant
monnaie menue échappée aux découverts
et faillites dans la radio les chiffres
autrement clinquants des cotations du jour
belle envolée après restructurations et licenciements
une enquête sur les casses d’un nouveau genre
opérés par ceux nous je elle dits en fin de droit.

A l’arrière la braqueuse accroupie tient son arme
un jouet de bois peint
appuyée sur ma nuque ordonne
d’accélérer les mains sur le volant
sans geste brusque lui remettre les sacs
l’argent que le fourgon ne transporte pas
quand elle comprend son erreur elle me demande
d’imaginer la suite une frontière où fuir un chemin
dans un nuage de terre pourvu qu’elle s’enfuit
je lui dis que les sirènes au loin ne se rapprochent pas
parce que manque au manège la voiture de police
d’un jour gris au point mort elle pourrait descendre.

Pour la grande parade des véhicules du commerce
les engins flambant célibataires réclament des corps
pour actionner vitesses volant et sirènes
jeune homme au gant tu poses
arme de service au poing
(photographie-moi)
dans mon rôle en costume employé aux attractions
je conduis des leurres
de ce qui s’échange ailleurs
nos têtes retournées par la vitesse du manège
nous cherchons où est l’argent qui circule sous nos yeux. 

Vue de l’exposition Fourgon Brink’s, Buy-Sellf Art Club, Marseille, 2006.