Damien
Marchal

UP . 15.09.2022

Helioscanner Un effleurement

Helioscanner est une performance sonore réalisée pour la série de performances Héliogravures du chorégraphe Julien Jeanne. Commande du musée de la danse, Rennes, 2009.

Helioscanner, 2009
Performance de Julien Jeanne
Dispositif sonore : Damien Marchal
Saisies écran de la vidéo réalisée par Fabrice Luraine

Écouter un extrait sonore

Pour ce projet le chorégraphe Julien Jeanne m’a sollicité afin de réfléchir à une proposition sonore faisant écho à l’idée de la copie utilisée par Léon Ferrari. C’est à partir de cette notion que l’utilisation des scanners a pris tout son sens. Les scanners réagissent à un programme informatique, construit sous la forme d’une partition, me permettant d’orchestrer les différentes actions. Celles-ci sont la vitesse, la qualité de résolution et la surface à numériser. Cette partition s’écrit en pixels par pouces (de 50 a 2400), en centimètres (de 1 à 29) et en minutes (de 10 secondes a 25 minutes). La lampe du scanner devient alors contrôlable et l’amplification des champs électromagnétiques se révèle grâce à des microphones spécifiques. Cette performance fait partie de mes recherches sur les basses technologies. Elles s’efforcent de produire des matières sonores sans utiliser de logiciels permettant de traîter le signal audio.

Voir des extraits de la performance sur Viméo :

http://vimeo.com/8761150 et http://vimeo.com/10057526

Plus d’informations sur le projet


Photo : Jérémy Malmasson

« Pour cette collaboration, Un effleurement, Julien Jeanne m’a sollicité afin de produire un écho à ses postures au travers d’une composition sonore. Celle-ci met en jeu des Modulateurs à Masse Magnétique. Amplifiés, ils ont pour particularité de produire des fréquences extrêmement régulières et continues. Cela s’obtient grâce à des disques durs d’ordinateurs montés en grappe. Sur ceux-ci, par différentes actions de circuit bending, des variations sont obtenues. Cet intérêt pour ces modulateurs à masses magnétiques vient de la comparaison entre, le gonflable et la source sonore. Le ballon produit des champs électrostatiques et électromagnétiques avec lesquels le danseur improvise pour élaborer ses mouvements, la source sonore, elle, produit le même type de magnétisme ce qui permet d’obtenir un vocabulaire commun entre les sons et les situations de corps. Le magnétisme est un phénomène physique, par lequel se manifeste des forces attractives ou répulsives d’un objet sur un autre, ou avec des charges électriques en mouvement.
Cet échange entre le chorégraphe et le compositeur se fera sur un phénomène physique commun mais par des moyens d’expression complémentaires. »

Extrait

Voir une vidéo du spectacle :http://www.julien-jeanne.org/un\_effleurement/